Zee ou la dentellière de Burano de Dan Beaurain-Gaël

366 pages, 25 €
ebook : 12,99 €

Vous aimez Venise et sa vie intime ? Le romans historiques ? Vous adorerez Zee ou la dentelière de Burano, ce roman écrit par notre auteur belge qui sort aujourd’hui en librairie.

4e de couverture

Zelia partage avec le jeune Tim une complicité amoureuse, jusqu’au jour où celui-ci disparaît, happé par la quatrième guerre d’Italie ! Elle partira à sa recherche, elle aussi à Venise, et trouvera refuge parmi les pêcheurs de la Lagune, où elle sera initiée au fameux punta in aria de Burano, l’art de la dentelle dans lequel elle excellera. 

 Nous sommes au XVIe siècle sur les terres du Nord, d’abord autrichiennes, ensuite espagnoles… La Flandre est minée par l’ensablement du Zwin, et Bruges en subit les effets. La ville, naguère prospère, périclite inexorablement. La faillite menace et le drapier Wilhem doit quitter tout ce qu’il possède pour se reconvertir dans la Cité des Doges, son dernier espoir. 

Comme dans tous les exils, les personnages laissent beaucoup d’eux-mêmes sans savoir ce qu’ils vont trouver… 

Interview

Qu’est-ce qui vous pousse à écrire ?

D’un naturel curieux, j’aime les surprises, et je m’adapte aux changements… Ecrire m’offre l’occasion de vivre plusieurs vies à la fois, d’explorer des réalités insoupçonnées.  En créant mes personnages, j’élargis mon horizon, j’agrandis ma famille, qui se peuple d’un monde en perpétuelle effervescence. Mes héroïnes et mes héros, une fois mis au monde, acquièrent une existence propre que je découvre et redécouvre…. Le plus beau moment est celui où ils se détachent de moi et où je peux à mon tour, les accompagner dans leur périple.  Je constate alors qu’il y a des évidences, que chacun tient à sa personnalité et qu’aucun d’entre eux n’est interchangeable. Certains ont un destin heureux, d’autres ont moins de chance…  Je suis à la fois celle qui leur donne vie et celle qui les regarde vivre.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Bruges et Venise sont unies par une séculaire histoire d’amour, et leurs similitudes ne se limitent pas seulement au fait qu’elles sont parcourues de canaux. Elles ont tour à tour détenu le monopole du commerce par un prodigieux développement maritime, et leur floraison artistique s’est épanouie dans tout l’Occident. Vouées tour à tour aux caprices de la nature, l’une,  étouffée par l’ensablement, l’autre menacée par la montée des eaux, elles sont aujourd’hui, devenues toutes deux de vivants musées. Pouvoir les évoquer à travers le récit d’un exil où l’homme ne peut s’élever qu’en abandonnant au passé une part de lui-même, m’a permis de revisiter une autre facette de l’histoire. Quant à  Zee, mon héroïne, elle symbolise à la fois le défi permanent  contre les préjugés, la volonté de vaincre l’adversité et le refus de la résignation. Un vrai bonheur lorsqu’on est conscient de la lutte des femmes pour s’affirmer dans le monde, d’hier et d’aujourd’hui !

Comment vous en est venue l’idée ?

Dans l’anonymat de la vie urbaine, la réalité parfois, dépasse la fiction ! Je découvris un jour qu’une de mes voisines s’adonnait à l’art de la dentelle…. Pourtant, cette pratique m’était familière, ayant souvent séjourné à Bruges lorsque j’étais enfant. Les dentellières, alors assises au coin des rues, faisaient partie du décor. Avec le temps, elles ont pratiquement disparu… Mais aujourd’hui… en pleine ville, si proche de moi… une dentellière ! L’incongruité de la découverte, à la fois anachronique et fascinante fut révélatrice : je me plongeai dans l’histoire de la Lagune de Venise où la petite île de Burano avait jadis donné naissance à son « punta in aria »… et décidai d’évoquer ce lumineux héritage du sud, si merveilleusement propagé dans nos traditions du nord, durant les sombres remous de la Renaissance.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.